Skip to content

Facebook tentaculaire ? Attention, danger !

mai 14, 2012

Chez Télérama.fr,  je suis tombé sur un article ayant pour titre  « Adieu, Facebook, je t’aimais bien » … qui n’a pas manqué d’attirer mon attention. D’autant plus que depuis fin 2011 j’ai ouvert un dossier sur tout ce qui concerne l’utilisation des réseaux sociaux pour l’enseignement  en général et celui des langues en particulier.  Cette fois, rien à sauvegarder si ce n’est  le conseil de rester vigilant sur le danger potentiel que représente un service qui s’intéresse de trop près à notre intimité.

.
Vous y lirez que le reporter de Télérama.fr , Nicolar Delesalle, se plain de ce tournant « dangereux » que prend Facebook  en devenant une sorte de  « Big Brother »  qui nous surveille, qui sait tout sur nous… en temps réel, alors que nous ne savons pas ce qu’il va en faire, de toute cette information…
Les chiffres démontrent une tendance à la croissance exponentielle, et ils ne cachent point leur envie de devenir un monstre tentaculaire. Alors, attention, danger !

La lettre ouverte de Nicolas à Facebook  imite le style de la lettre d’un fan à son idole… Seulement que cette fois, c’est une lettre de fan déçu, presque inquiet, qui se sait au bord de la rupture …  Voici le dernier paragraphe… Mais je vous conseille de lire la lettre en entier ici 

« La goutte de trop est tombée sur notre profil avec ton application Open Graph. qui permet à tous nos amis de savoir en temps réel quelle musique on écoute sur Spotify, quelle vidéo on regarde sur Dailymotion.

Tu ne vends plus ce qu’on aime, tu vends ce qu’on fait, ce qu’on est, parfois malgré nous. Il faut aujourd’hui un doctorat pour verrouiller tous les judas que tu ouvres sur nos comptes, sans nous prévenir. Bientôt, tu diffuseras peut-être nos SMS en direct avec SFR et l’heure à laquelle on baise avec l’application Dunlopillo. Si tu ne comprends pas qu’on aimerait bien pouvoir regarder des vidéos débiles sans le clamer à la Terre entière ou écouter l’album de Christophe Hondelatte sans avoir à se justifier, ça veut dire que tu ne nous comprends plus. Et quand on ne se comprend plus, généralement, Facebook, on se quitte. »

Le 26/04/2012  Nicolas Delesalle –  ©  Télérama n° 3250

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :